Nos coups de cœur en Egypte

1/ Les pyramides bien sûr!

Je n’aurai pas pu concevoir d’aller en Egypte sans voir les pyramides! C’est une chose de les voir à la télé ou en photo, c’en est une autre de les admirer en vrai. Se rendre réellement compte de leur taille. Cette photo en dit long :

dromadaire au pied d'une pyramide de guizeh
Ce dromadaire permet de se rendre compte de la taille des pyramides

Nous avons commencé par les pyramides de Guizèh et j’avais regretté de ne pas avoir été à l’intérieur. Tout le monde me disait : « c’est juste un couloir étroit, il n’y a rien à voir! ». Non, ce n’est pas juste un couloir étroit! C’est l’intérieur d’une pyramide! Ça n’a rien à voir! Ça change tout! J’ai pu me rattraper en allant à l’intérieur des pyramides de Saqqarah et de Dahchour. Et je ne l’ai vraiment pas regretté! C’est une expérience particulière. Amis claustrophobes, n’y allez surtout pas! C’est très étroit, très long, et très sombre. Mais on se retrouve dans les entrailles d’une pyramide! C’est tout de même incroyable! Et les enfants apprécieront d’autant plus la visite qu’ils mettront leurs parents à l’amende (sauf si vous avez des ados plus grands que vous bien sûr!)

pyramide rhomboïdale à dahchour

Et puis il y a aussi toute cette ambiance autour. On est en plein milieu d’un désert. Celles de Guizèh sont à la frontière entre le désert et la ville. Le contraste en est d’autant plus attrayant.

Chaton, lui, aura surtout retenu le restaurant au milieu du désert avec la vue à la fois sur les pyramides et le Sphinx. Un de ces instants où l’on se sent bien, où l’on apprécie le moment présent, sans fioriture.

chaton au restaurant des pyramides dans le désert face aux pyramides et au sphinx

2/ Louxor

Sur un petit espace, sont réunis multitudes de vestiges antiques. Entre le temple de Karnak, celui de Louxor où se trouve le jumeau de l’obélisque de Paris, la vallée des Rois, des Reines, des Artisans… le temple d’Hatchepsout, les colosses de Memnon… Le musée de la momification… Il y a de quoi faire et surtout de quoi voir!

Seul bémol, l’endroit est très touristique donc les Egyptiens peuvent être pesants avec leurs « services » à vendre. En restant poli mais ferme, et avec un sourire entendu (mais ferme ah ah!), on s’en sort pas trop mal!

3/ Le trajet en train entre Le Caire et Assouan

Nous aurons mis quinze heures pour rejoindre Assouan depuis Le Caire, une longue traversée du Nord au Sud de l’Egypte, en train. Ce trajet permet de découvrir l’Egypte non touristique. En effet, la ligne de chemin de fer passe à travers les petits villages et le train circule doucement, permettant aux voyageurs d’assister aux scènes de vie les plus typiques. Les paysages oscillent entre désert de roche montagneuse ou de sable, cultures fruitières ou céréalières, petite bourgade ou plus grosse ville, et sans cesse, ce fameux Nil, qui se trouve tantôt à droite et tantôt à gauche.

Le train est de surcroît confortable et bien climatisé. Les trajets font partie intégrante du voyage, et celui-ci fut vraiment plaisant. Par contre, Chaton se serait bien passé des trois dernières heures, d’autant plus qu’il faisait nuit et qu’on ne pouvait donc plus contempler les paysages.

Il pourrait donc être judicieux de couper le trajet en deux en s’arrêtant à Louxor pour finir le trajet en train jusqu’à Assouan après avoir visité Louxor et ses alentours.

paysage depuis le train entre le caire et assouan, coucher de soleil

4/ La Mer Rouge

On reconnaît qu’au début, on a été déçus par la Mer Rouge. Pour une raison essentiellement : on nous avait survendu la Mer Rouge! On nous avait vendus des fonds marins incroyables, sensationnels, comme nulle part ailleurs… Et ceci est tellement vrai lorsqu’on n’a jamais fait de plongée sous-marine ou de snorkeling! Le problème est que nous avions déjà plongé dans des endroits tellement fabuleux avant, que nous avons été déçus. Il faut dire qu’entre Bunaken, Nusa Lembogan, les requins baleines de Madagascar… En fait, il aurait fallu nous sortir une sirène pour nous impressionner! Ce n’est pourtant pas notre genre d’être blasés, mais il y a juste eu un décalage entre ce que nous avions déjà vu dans le passé, et les discours trop vendeurs de la Mer Rouge.

Mais une fois la première déception passée, on reconnait que les fonds marins de la mer Rouge sont très riches. Poissons-lions à foison, tout comme les raies pastenagues, les poissons-clown, les poissons arc-en-ciel et tant d’autres dont je n’ai pas les noms. Les raies aigles nous ont particulièrement marqués avec leur vol majestueux ainsi que ces petits poissons qui vous brossent les dents. Les coraux ne sont pas en reste non plus! Oh et j’allais oublié mes petits chouchous : les octopus! Et les murènes! Bon, elles, je ne suis pas très fan parce que dans « la Petite Sirène », on y revient!, elles ne sont vraiment pas sympas!

Donc oui, les fonds marins égyptiens valent le détour!

Ensuite, on aime ou ou n’aime pas, mais une bonne partie des côtes de la Mer Rouge sont accaparés d’hôtels luxueux super équipés. Ce n’est pas notre style, mais on sait aussi apprécier de temps en temps!

Enfin, nous étions là aussi pour le kitesurf, et le spot où nous étions était idéal pour notre niveau de faux-débutant.

kitesurf entre El Gouna et Hurghada sur les côtes de la Mer Rouge

5/ La croisière sur le Nil en felouque

On a gardé le meilleur pour la fin. Car, oui, que ce soit pour Chaton, Chatounette ou Chatoune, nous avons tous les trois A-DO-Ré notre croisière en felouque sur le Nil. Et nous sommes d’accord pour dire que ce fut notre meilleur souvenir d’Egypte.

Par contre, attention, à faire uniquement l’été ou du moins à la basse saison des gros paquebots de croisière. Sans quoi le charme est rompu. L’avantage de l’été également, c’est que les nuits ne sont pas trop froides. Je dis « pas trop froides » car nous nous couchions le soir sous une couverture alors qu’il faisait 31° et le froid nous réveillait la nuit quand les températures descendaient au plus bas à 26°… Dur à croire, mais quand vous avez plus de 40° toute la journée, 26° vous paraît glacial.

Petite mise en garde supplémentaire : oubliez le luxe et le confort! Pas d’eau , ni d’électricité! Donc pas de salle de bain, pas de quoi recharger son téléphone portable, pas de lumière, pas de WC… C’est nuit à la belle étoile, douche dans le Nil et toilette dans la nature!

En contrepartie, vous vivrez au rythme du Nil, au calme, en toute sérénité. Vous découvrirez la vie égyptienne en dehors du tourisme. Vous mangerez local. Vous entendrez parler et chanter en égyptien. Vous assisterez aux marchés locaux dont le dépaysant marché aux animaux de Darāw. Vous découvrirez au fil du Nil des vestiges d’un autre temps, celui de l’Antiquité. Des temples les plus célèbres au plus insignifiant, en passant par les carrières des grès ayant servi à leur fabrication. Vous admirerez des paysages splendides mis en exergue par le soleil, particulièrement au moment des levers et des couchers. Entre désert, plantations diverses, verdure, villages… Pas une seule construction moderne ne vient ternir ce cadre enchanteur.

Une autre chose qui nous aura marqué et plu, ce sont les eaux du Nil. Elles sont incroyablement transparentes. Certes, la Covid y a contribué en réduisant à néant ou presque le nombre de bateaux de croisière depuis plusieurs mois. Il semblerait que cette année 2021 a également été marquée par une hauteur d’eau particulièrement élevée, rendant le Nil encore plus propre. Quand on voit l’état de la Seine, du Mékong… on ne s’attend vraiment pas à des eaux d’une telle clarté! Nous avons apprécié s’y laver, s’y brosser les dents, mais surtout s’y rafraîchir! Les Egyptiens buvaient ses eaux, nous, on n’a quand même pas osé! Par contre, on s’est éclaté à se jeter du bateau dans toute les positions…

Et il y a aussi tous ces oiseaux, en particulier des ibis, le fait de dormir à la belle étoile (et que d’étoiles lorsqu’il n’y a pas de pollution lumineuse!), avoir le temps de faire la sieste!…

Vous l’aurez compris, la croisière en felouque, c’est vraiment l’expérience en Egypte à faire!

Et vous? Quel a été votre souvenir préféré en Egypte? N’hésitez pas à nous le partager dans les commentaires!

Share this Post

2 Comments

  1. Hello, merci pour ce beau reportage. On prévoit d’y aller à la Toussaint.
    Est ce que vous pouvez me dire sur quel spot vous avez fait du kite (nous aussi on est faux débutant 😋)
    Aussi pour votre croisière en feloupe vous êtes aller de où à où ?
    Des byz
    Élise (des arcs)

  2. Coucou!

    Génial l’Egypte à la Toussaint! Vous allez être bien!

    Alors pour la croisière en felouque, on est parti d’Assouan et on a été jusqu’à Edfou. La « croisière » comprenait le trajet en bus jusqu’à Louxor. En felouque, on ne peut que descendre le Nil (donc aller du Sud vers le Nord).

    Pour le kitesurf, on était à l’école de kitesurf des appartements-hôtel de Selena Bay, située quasiment pile poil entre Hurghada et El Gouna. On est passé par Hazem (+20 155 376 1016), un moniteur de kite qu’on ne peut que recommander! Tout son matériel était neuf! Normalement, il propose 50€ de l’heure, mais en cette période de Covid, il descendait à 25 euros de l’heure. Pas sûre qu’à la Toussaint le tourisme soit vraiment reparti en Egypte, ça sera encore sûrement ces tarifs-là.

    Je détaille un peu plus ces 3 prestataires en bas des articles .

    Vous avez déjà un itinéraire en tête?

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*