Coiffeur en Egypte et formalités Covid

La nuit nous a porté conseil. Nous venons de trancher : nous prendrons le bus de nuit demain soir pour rejoindre le Caire. Et on se rajoute une expédition supplémentaire en se décidant à passer la nuit suivante dans l’aéroport. Cela fait deux semaines que nous nous la coulons douce, il faut bien qu’on trouve un moyen de nous réjouir de rentrer ! Une nuit dans un bus, suivie d’une nuit dans un aéroport, on devrait être content de retrouver notre lit après cela !

Toute cette réflexion nous a bien pris la matinée. Réserver le bus, s’informer des formalités Covid pour rentrer en France (Test PCR ou antigénique ? Quel prix ? Où ? Délai ?)…

Pendant que nous étions dans le hall de l’hôtel, où le wifi est le meilleur, pour nous renseigner de tout cela, je vois du coin de l’œil comme une explosion, accompagnée du bruit qui va avec. Gros coup de flip !

En fait, c’est la « petite » centrale électrique, accolée à notre hôtel, qui vient de péter un câble ! Plus de jus dans l’hôtel. Donc plus de connexion à internet. En tout cas, pas de blessé à déplorer. Le personnel semble y être habitué car personne ne semble inquiet. Il semble même rodé. L’un téléphone pendant que l’autre ouvre toutes les fenêtres possibles, la climatisation cessant de fonctionner.

centrale électrique de notre hotel zak inn à hurghada
centrale électrique de notre hotel zak inn à hurghada

Petite partie de billard puis nous retournons à la chambre pour nous mettre en route.

Nous n’allons pas bien loin : juste l’hôtel en face du nôtre. Nous y prenons notre déjeuner et Chatounette, à la fin du repas, profite des toboggans aquatiques. Au moment où nous voulions la rejoindre, trop tard, les toboggans sont fermés. Ils ont des horaires définis : 10h-12h puis 14h-16h.

Nous passons donc à la piscine d’à côté, toute en longueur. Elle est plus grande que la nôtre mais pas le droit de plonger, ni de sauter, et nous n’avons pas son exclusivité. Finalement, la piscine de notre hôtel est mieux !

On y reste quand même jusqu’à ce que l’ombre la gagne.

Allez hop ! C’est l’heure de sortir de l’eau et de faire notre test PCR.

On se rhabille et attrapons le premier taxi venu. Pas de bol, il ne sait pas lire, et le lieu qu’on m’a recommandé pour passer ce test est écrit en arabe. Je suis bien incapable de lui dire oralement où nous souhaitons nous rendre. Il demande à un policier mais ne montre pas la bonne ligne. Le taxi part en sens inverse ! Heureusement qu’on s’était fait indiquer grossièrement sa situation géographique au passage ! Sans quoi nous ne serions jamais arrivés au bon endroit. Notre chauffeur redemande sa route un peu plus loin dans une boutique. La nouvelle direction empruntée correspond beaucoup mieux.

Lorsque nous arrivons, nous pensions atterrir devant un hôpital mais nous sommes au Ministère du Tourisme. Euh… Pas sûr que ce soit là !

Je pénètre à l’intérieur. Ah ba si, c’est bien ça ! Sauf que, pas de chance, il est trop tard pour les tests PCR et trop tôt pour les tests antigéniques. Les horaires ne sont pas les mêmes pour les effectuer. Le PCR, c’est fermé. L’antigénique est ouvert mais il est trop tôt par rapport à notre avion pour le faire ce jour. Tant pis. On devra revenir.

Chaton me demande pourquoi ne pas le faire à l’aéroport mais je ne sais pas trop où trouver ces informations sur internet. Je préfère prendre un peu de marge, ça ne nous avait pas trop réussi, à l’aller, de ne pas en prendre de trop…

Retour à la case départ. Nous repassons par notre hôtel. Chatounette et moi décidons de nous faire tresser la tête en attendant l’heure du repas. Il est 19 heures.

Nous avions repéré un coiffeur à côté, dans une rue un peu en arrière de l’avenue principale.

Le coiffeur est à l’œuvre, on lui demande les prix pour les « rasta » mais, comme toujours à Hurghada, il doit téléphoner pour connaître le prix.

Deux hommes arrivent. On négocie sec. J’aurai pu obtenir un meilleur prix je pense, mais c’est déjà pas mal.

Le deal fait, le coiffeur nous demande de passer à la case shampoing. Au Vietnam, cela avait été quelque chose. Ici, c’en est un autre !

Le coiffeur nous indique les deux lavabos. Celui des toilettes, et celui dans le coin de la pièce. Pas des lavabos de salon de coiffure, hein ! Des vrais lavabos. Comme chez nous. Tout ce qu’il y a de plus classique. Il nous montre le shampoing. Ah. Donc visiblement, c’est à nous de le faire. Soit ! La tête en avant, et c’est parti pour le shampoing dans le lavabo. Pour Chatounette, c’est une première. Pour moi, la dernière fois, je devais avoir son âge.

Quelle aventure décidément ces passages par le coiffeur. Je crois que je vais m’imposer ça à chaque voyage dorénavant ! Après le Mac Donald, le coiffeur.

Une fois le shampoing effectué, c’est Chatounette qui s’y colle la première. Je l’avais prévenue que cela serait douloureux, et je n’avais pas menti. On s’en chope un fou rire tellement elle a mal.

Mon tour arrive, et je souffre encore plus. A chaque coup de peigne, mes cheveux forment une boule de nœud. Le coiffeur hallucine. Oui, mes cheveux sont insupportables. On pourrait les démêler à longueur de journée qu’ils seraient toujours emmêlés.

Notre supplice est enfin terminé. Nous retournons à notre hôtel où Chaton nous attend. Il est 22h30 ! Ce fut long !

coiffeur égypte, tresses chatoune et chatounette
coiffeur égypte, tresses chatoune et chatounette

Nous filons ensuite à l’hôtel d’en face pour le dîner. Nous pensions arriver trop tard mais apparemment, on est encore large pour pouvoir y manger.

Ce soir, l’animation, c’est danse salsa. Il y a des filles qui envoient du lourd. On se contente de les regarder en mangeant et buvant.

Nous rentrons à notre hôtel à presque une heure du matin.

Demain, nous devons libérer la chambre à 10 heures. Nous passerons notre dernière journée à Hurghada avant de prendre un bus de nuit pour Le Caire. Là, nous ferons une dernière visite (pyramides de Saqqarah et de Dahchour) avant de rentrer en France.

Pratique :

Hôtel Zak Inn : 340 LE la chambre triple sans petit-déjeuner, climatisation silencieuse et performante, petit frigo, piscine assez grande et propre, au calme, wifi performant à la réception et au bord de la piscine mais pas dans la chambre et pas H24. Tel : 011 55559770 / 012 21741855. Email : zakinn@yahoo.com

Formalités Covid : Egyptian Tourit Authority. 20 dollars le test antigénique, 30 dollars le test PCR. (contre 100 dollars dans les hôtels…)

Share this Post

2 Comments

  1. Ça te va plutôt bien les tresses !! On aura le droit de voir ce que ça donne quand tu les as enlevées ?

    1. Ah ah ! Je vais essayer de te retrouver ça !

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*