On se réveille tranquillement et filons au petit-déjeuner. A priori, il y a eu un malentendu la veille : le breakfast devait être inclus, mais il ne l’est pas. Je suis obligée d’insister lourdement pour l’obtenir. Et ça valait le coup ! Toasts grillés, beurre, confiture, sirop d’érable, céréales, jus de fruits, boissons chaudes, mais aussi œufs, pleins de fried rice différents, blinis, pâtes, frites…. On se gave et on se met en route.

Juste à côté de notre hôtel, il y a un arrêt de bateau. Il nous emmène au pied de la Golden Mountain, notre point de départ pour une longue marche à pied à travers le centre historique de Bangkok et ses temples.

Le bateau-bus sur le canal de Saen Saeb, c’est quelque chose ! Il fonce à toute allure ! J’adore ! On découvre des quartiers de cette capitale d’un autre point de vue. On observe qu’il ne faut pas traîner pour descendre du bateau. Heureusement, nous allons jusqu’au terminus.

Bateau bus sur le canal de Saen Saeb à Bangkok

Arrivés au pied du Mont D’Or, nous faisons son ascension. 36 marches, un plat avec pleins de gongs que nous faisons tous sonner. Puis 99 marches. Encore un plat. Ensuite, je ne sais pas le nombre de marches car Chatounette n’a plus voulu jouer à ce jeu. Non, maintenant, il ne faut pas marcher sur les crocodiles, représentés par des joints sur le sol.

On contemple la vue sur la ville au fur et à mesure que nous tournons pour atteindre le sommet.

En haut, un petit temple. A l’entrée, je vois un moine en train de prier. Chaton veut rentrer, Chatounette pas du tout, moi j’ai peur de déranger alors je décide de redescendre par l’escalier prévu à cet effet (ce n’est pas le même que pour la montée et il faut bien respecter le sens de circulation !). Arrivées en bas avec Chatounette, on attend.

Puis on attend.

Et on attend encore.

Je commence à bouillir intérieurement.

Je croyais qu’il n’était pas « visites » ?! Grrr !

On attend toujours.

Je n’ose pas aller le chercher : il faudrait que je prenne l’escalier « descente » à l’envers, ou que je prenne l’autre escalier mais au risque de ne pas se retrouver….

J’ai du mal à contenir tous les gros mots qui me viennent à la bouche. Dès qu’il arrive, tant pis, je me défoule sur lui ! Il faudra bien que ça sorte sinon je risque d’être tendue toute la journée, et ça me fera du bien.

Non mais qu’est-ce qu’il fout sérieux ? Il sait que ce temple est minable comparé à tous ceux qui nous attendent ? A ce rythme-là, c’est pas 5/6 jours qu’il va nous falloir pour visiter la capitale mais 2 mois !

Oh ! Ça y est ! Je le vois qui arrive de je-ne-sais-où ! Enfin ! Je vais pouvoir extérioriser !

Bon ba en fait, il a extériorisé avant moi ! Il m’a coupé l’herbe sous le pied ! C’est moi qui me suis faite engueuler ! J’étais au pied de l’escalier mais selon lui j’étais cachée ! Cachée devant la sortie, c’est fort !

En fait, ni lui ni moi n’avait vu que l’escalier pour redescendre se séparait en deux à un moment donné…

Le fait qu’on voit qu’on était au moins autant énervé l’un l’autre nous a vite calmés et on a pu reprendre notre balade tranquillement ! Enfin !

Nous passons devant le Monument de la Démocratie, tournons en directions du Wat (temple) Suthat et Sao Ching-Cha (une balançoire géante), et nous arrêtons manger dans une ruelle à l’écart de l’agitation, sur une petite place.

D’après mon guide, ce quartier est recommandé d’un point de vue gastronomique. Les dames qui tiennent l’échoppe ne parlent pas anglais. Un client de passage nous sert d’intermédiaire et nous passe notre commande. Nous ne savons pas ce qu’il nous attend. La surprise a été bonne : nous nous sommes régalés, et pour 1€ par personne !

A la fin du repas, la dame nous apporte une carafe translucide mais non transparente. On se demande ce que c’est. Nous sommes un peu perplexes. Chaton se demande si ça ne serait pas pour se laver les mains. Il pose la question par signes. Non, effectivement, c’est pour boire. Il y a quelques feuilles vertes au fond. Du thé ? On y goutte. Ah ba non ! C’est de l’eau ! Je crève de soif alors j’en bois à nouveau. Et puis je réalise ! Je crois qu’il n’est pas franchement recommandé pour le bien de nos intestins de boire cette eau, bien au contraire… En tout cas elle était bonne, verdict demain ou après-demain sur le trône !

On reprend la route et arrivons au Wat Phra Kaew et Grand Palais. C’est un peu la Tour Eiffel ou Montmartre à Paris : un incontournable. Juste grandiose ! Magnifique ! A couper le souffle ! On pourrait y passer des heures et des heures. Seulement, Chatounette est là alors nous nous efforçons d’écourter la visite avant qu’elle en ait marre.

Heureusement, le jeu des crocodiles la passionne toujours autant. On trouve aussi plusieurs petits trucs pour la captiver un minimum et ça marche. La salle qui explique la  restauration du palais par exemple ! A priori, pas du tout intéressant pour un enfant ! Et bien en gros, on a joué au puzzle ou au jeu des différences et ça a bien fonctionné.

A la fin de la visite, un orage éclate. On reste un moment assis à l’abri. On en profite pour reposer nos pieds et grignoter quelques cochonneries.

Il pleut toujours mais nous reprenons la route. En même temps, il fait tellement chaud que cette pluie est la bienvenue.

Le Wat Pho maintenant. Il renferme un Bouddha couché de 46m de long pour 15m de haut, le tout doré à la feuille. Nous nous arrêterons dans un petit temple et assisterons au chant des moines. Nous avons bien failli nous endormir tous les trois tellement c’était reposant !

On repart. Nous voilà maintenant au marché des fleurs. Encore une autre ambiance et un nouveau décor. Tout le monde s’active, mais en même temps, c’est calme, ça sent bon, c’est joli, c’est coloré. Chatounette se verra offrir un bon sachet de fleurs qui sentent l’ananas : l’homme a dû avoir de la peine de la voir ramasser une fleur par terre.

On prend au passage de la nourriture aux stands de rues. Toujours bon. On traverse ce décor champêtre, encore un stand de rue (cette fois, 3 boulettes fries : au maïs, aux petits pois, et ???), encore meilleur.

On se retrouve sur une autre ligne de bateau-bus, sur le Chao Praya. Ici c’est beaucoup plus large donc l’impression de vitesse n’est plus la même. Et le bateau est plus gros.

On passe de nuit devant de beaux temples bien éclairés : Wat Arun et Wat Rakhang.

On descend à Tha Phra Athit et remontons à pied jusqu’au Mont D’Or pour retrouver le canal et le bateau qui nous ramèneront jusqu’à notre hôtel.

Ce n’est que 10 minutes avant d’arriver que Chatounette réclame pour se faire porter ! Elle aura rudement bien marché !

On se pose au même resto de la veille et reprenons une shisha, des jus de fruits et une assiette de frites.

De retour à notre hôtel, c’est encore raté pour la piscine : il est 21h27, elle ferme à 21h….

Je demande la confirmation pour les petits-déjeuners du lendemain qui se transformera en négociation. Ce n’est qu’en réservant 2 nuits de plus que je les obtiens !

De retour à notre chambre, on apprécie la clim’. La pluie rafraichit sur le moment mais ne dure jamais bien longtemps.

Chatounette qui nous avait réclamé « son travail » toute la journée peut enfin le faire.

On s’écroule de fatigue assez rapidement. Les pieds ont morflé, demain ne sera pas mieux mais on se paiera peut-être le luxe d’un massage à notre retour.

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*