Plongée et snorkeling à la sauce égyptienne

Après avoir testé la veille la version française de la plongée à Hurghada, nous testons maintenant la version égyptienne. C’est plus de trois fois moins cher, et la version française nous avait prévenu qu’on aurait une prestation à la hauteur du tarif, et pour reprendre les paroles exactes, cela allait être la « foire à la saucisse ». On a hâte de voir ça !

Nous avions RDV à 8h20 devant notre hôtel. A 8h20, personne ! A 8h22, une belle voiture moderne s’arrête devant nous. C’est notre homme ! Il nous explique que nous devons récupérer une autre famille qui ne plongera pas mais on n’a pas bien compris ce qu’elle allait faire. Lors de la plongée française, le transfert n’était pas inclus.

Nous nous arrêtons pour la déposer quelque part, mais à priori il y a un problème car la famille (la mère et la fille) remonte dans notre véhicule. Notre homme passe plusieurs coups de fil et semble gueuler au téléphone. Finalement, nous serons déposés les premiers.

Rendus au « port », enfin, une avancée en béton avec 2 bateaux à quai, on est mitigé. D’un côté les 2 bateaux à quai sont plutôt correctes, de l’autre, il y en a un qui est énormément rempli de personne alors que l’autre semble vide en comparaison. Ouf ! On nous fait monter dans le moins rempli !

bateau de plongée égyptienne

Nous avons droit à un premier briefing tous réunis pour les explications de la journée et le fonctionnement du bateau, un deuxième entretien avec celui qui nous équipe pour vérifier le matériel et emprunter celui que nous avons besoin, puis une troisième réunion avec notre moniteur de plongée.

C’est là que ça coince

Notre homme, celui par lequel on est passé, nous avait demandé si nous désirions un petit briefing pour nous faire des rappels sur la plongée, étant donné que nous n’avions pas plongé depuis 2 ans. On avait bien sûr accepté ! Ça ne fera pas de mal ! Sauf qu’une fois sur le bateau, c’est payant. 15 dollars ! Oh ba non, tout compte fait, on n’en a pas besoin, on se rappelle de tout !

Comment ça c’est obligatoire ? Comment ça c’est la loi ? Je coupe court à la discussion, si c’est comme ça, on ne plonge pas. Vu le ton sur lequel je l’ai dit, notre moniteur a bien senti que je ne rigolais pas.

Il m’explique que c’est la loi et qu’il va appeler son chef pour que celui-ci m’explique.

J’ai le chef au téléphone. Il me demande si je connais la législation du Padi. « Euh… Non ! Pas du tout ! Moi je n’ai pas l’Open Water du Padi mais le niveau 1 du diplôme français, et qu’en aucun cas il n’y a le moindre recyclage à passer ». Il me répond que dans ce cas, je dois signer une décharge. Soit !

Je repasse le téléphone à notre moniteur de plongée mais en aucun celui-ci me fait signer quoi que ce soit.

Problème réglé ! Impeccable ! Surtout que notre moniteur nous refait tout de même une mise à jour de nos connaissances sur la plongée… Et heureusement!

Après 50 minutes de navigation, nous arrivons au spot. Mais comme il y a trop de bateau, nous partons finalement directement au 2ème spot, et nous ferons celui-ci au retour. Bon point pour la plongée égyptienne, on apprécie cette analyse.

Nous jetons enfin l’ancre.

On dégote un gilet de sauvetage pour Chatounette qui a préféré faire du snorkeling aujourd’hui plutôt que de la plongée. Et elle n’est pas la seule sur le bateau à en faire, dont des Français, alors on est soulagé de la laisser nager seule pendant que nous plongerons. Surtout, on sait qu’on peut lui faire confiance, ainsi qu’au personnel égyptien, très attentionné.

C’est parti pour la plongée !

La visibilité est bonne, on n’a pas mal aux oreilles, l’eau est relativement chaude, il y a des coraux et des poissons. En quantité bien inférieure aux îles Togian, Gili, Bunaken, Lembogan… Mais cela reste vraiment top !

Et alors lorsque nous tombons sur des raies aigles, je suis aux anges ! Whaow ! C’est vraiment magique de les voir voger. Ou naler. On se sait plus trop ! Nous les verrons plusieurs fois ! Même Chatounette, qui était en snorkeling, les a vues !

Nous verrons également en pagaille des poissons-lions, des poissons pierres, des raies à points bleus

Je ressors de l’eau trop contente ! Chaton, lui, est un peu moins enthousiaste. Il trouve que ça ne vaut pas l’Indonésie. Certes. Mais c’était quand même mortel !

Bon, par contre, le matériel de plongée est vraiment limite-limite. Mon gilet de stabilisation est plus que fatigué. La soupape de dégonflage ne fonctionne pas, je dois utiliser celle pour la purge, et même celle-ci, à la fin de la deuxième plongée, n’a plus fonctionné. La soupape de gonflage, elle, reste bloquée dès que je l’actionne. Il faut que je la bidouille, que je la tape pour qu’elle arrête de gonfler. J’ai même eu droit au détendeur qui ne voulait plus me donner d’air ! J’ai dû appuyer sur le gros bouton de celui-ci pour qu’il se remette à fonctionner ! Sur le moment, j’ai eu une grosse montée d’adrénaline, surtout que je venais de me vider les poumons d’air…

Chaton, lui, aucun problème niveau matériel. Mais bizarrement, à part le coup du manque d’air, cela ne m’a pas inquiété plus que ça. Notre moniteur de plongée est toujours à côté de nous, on a tous 2 détendeurs, et surtout, nous ne plongeons pas profond. Maximum 10 mètres je crois.

Remontés à bord, c’est l’heure du repas. Il y a un large choix. Je goûte à tout et me force à ne pas y retourner une deuxième fois. Je me suis régalé ! Chatounette s’est servi copieusement, mais elle, c’est pour nourrir les poissons…

Nouveau bon point pour la plongée égyptienne : après le repas, on a un petit moment où on est tranquille avant de retourner plonger. Avec la plongée française, on avait trouvé que c’était un peu la course.

C’est parti pour la deuxième plongée. On espérait y voir des dauphins mais nous n’avons pas eu cette chance. Hormis les raies aigles, on retrouve la même clique que lors de la première plongée. On tombe par contre sur un barracuda. « Je boirai tout le Nil si tu ne m’reviens pas… Barracuda ! ». Il n’y a pas de raison que je me tape la chanson pour la journée et pas vous…

Lorsque nous remontons à la surface, les sentiments sont inversés. Chaton est super enthousiaste alors que je reste un peu sur ma faim : j’ai préféré la 1ère plongée.

Sur le bateau, il y a un photographe-vidéaste. Il avait déjà fait un petit shooting avec Chatounette au début de la journée alors je m’étais donné un prix pour sa prestation. Au moment de prendre la direction du retour, il vient me voir pour ses tarifs. Et il me montre au passage quelques photos de Chatounette et des extraits de ses vidéos prises sous l’eau. Sa GoPro est bien plus récente que la mienne, et ça change tout ! Je revois les raies aigles…Magique ! Malheureusement, ses tarifs sont trop élevés. Le prix d’une journée de plongée pour 1 personne. Mais on craque un peu quand même ! On ne prend pas les vidéos mais uniquement les photos. On a toujours été plus photo que vidéo et là c’était un film de 30 minutes, jamais on ne l’aurait regardé. Enfin si, juste une fois. J’espère par contre qu’il a de belles photos de nous avec les raies aigles. Il devrait repasser ce soir à notre hôtel pour nous les livrer. Hâte de voir ça !

Soudain, le bateau s’arrête. Un membre de l’équipe nous demande de chercher, depuis le bateau, des lunettes de soleil qui seraient tombées au fond de l’eau lors de notre passage aller. Comme il n’arrêtait pas de plaisanter tout au long de la journée, je pensais qu’il déconnait ! Mais pas du tout !

Autant chercher une aiguille dans une meule de foin ! Tout le monde sur le bateau s’accorde à dire que c’est mission impossible. Eh bien non ! Le membre de l’équipage qui avait plongé avec son masque et son tuba ressort de l’eau avec les lunettes ! Mon cerveau aurait tendance à me dire qu’il avait les lunettes dans la poche et qu’il a fait genre il cherchait mais je crois que cette histoire n’est pas un montage. La femme propriétaire des lunettes a bel et bien vu ses lunettes tomber à l’eau à l’aller. En tout cas, tout le monde sur le bateau l’applaudit !

Il en profite pour remonter un panier à pêche et tout l’équipage se réjouit du festin du soir ! La pêche a été bonne.

lunette de soleil retrouvée sous l'eau par notre matelot

Nous voilà rendus au port. J’appelle notre homme qui nous a réservé la journée et qui m’avait dit de le joindre une fois rentrés au port. Il m’explique qu’une voiture nous attend.

Effectivement, un taxi est là pour nous. Le photographe/vidéaste nous accompagne, ainsi j’aurai les photos sur ma clé USB et pas sur un CD-rom ou ma boîte mail.

De retour à notre hôtel, fournée de devoirs pour Chatounette. On voulait les emmener sur le bateau mais le matin c’était un peu la course et on n’était pas bien réveillé.

On essayera de faire mieux après-demain ! Car nous avons réservé à nouveau une journée de plongée. On resigne avec les Egyptiens ! Hormis le matériel vraiment limite (certes, c’est le plus important, mais on est les 3 ChAtONs !), tout le reste était mieux ! Avec en tête de liste le prix bien sûr. 130 euros avec les Français, 37 euros avec les Egyptiens… Pour une personne.

Comme on vient donc d’économiser 200 euros, on se lâche ce soir en allant boire des cocktails ! Comme je vous le disais, Hurghada, ce n’est pas vraiment l’Egypte, du coup on trouve de l’alcool à tous les coins de rue, contrairement au reste du pays. On n’était plus habitué ! Ça nous tourne vite la tête mais cela ne nous empêche pas d’enchaîner avec une deuxième tournée. 200 euros ! Va falloir y aller ! Bon, on est des petits joueurs, car on s’arrête là. Nous rentrons nous coucher.

Demain, ce sera repos, parce que la plongée ça épuise, ah ah ! Sauf pour Chatounette qui va devoir se coltiner une palanquée de devoirs. En même temps, elle a un peu de retard à rattraper…

Bon, le photographe est revenu avec ma clé USB, mais je suis un peu déçue du résultat. J’ai dû retoucher presque toutes ses photos, complètement à contre-jour… Et les raies aigles, pas tellement mieux que moi au final…

Pratique :

Hôtel Zak Inn : 340 LE la chambre triple sans petit-déjeuner, climatisation silencieuse et performante, petit frigo, piscine assez grande et propre, au calme, wifi performant à la réception et au bord de la piscine mais pas dans la chambre et pas H24. Tel : 011 55559770 / 012 21741855. Email : zakinn@yahoo.com

Cocktail 70 LE

Plongée 650 LE : 2 plongées de 45 min minimum avec le niveau 1 (open water), repas, transfert depuis l’hotel. Contact : Ahmed : 0100 655 9421

Journée snorkeling : 450 LE; Contact : Ahmed : 0100 655 9421

Pack photo 25 euros négocié à 20 euros. 35 euros pour les photos et vidéos (montage de 30 minutes)

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*