Nomade avec enfants : l’histoire de Babeth!

Babeth, maman de 3 enfants, nous raconte son mode de vie nomade et minimaliste. Elle a transmis sa façon de vivre à ses enfants, qui mènent à leur tour une vie hors des sentiers battus. Ça respire de bienveillance et son récit est pour le moins inspirant.

Présentez-vous, votre famille et votre mode de vie :

Nous sommes Babeth, Frantz et nous vivons avec Léna (notre fille) ainsi que notre copain à 4 pattes Gusto, en camion.

Nous sommes actuellement à la Réunion où nous avons débarqué en novembre 2019.

Sur place, nous avons investi un petit fourgon que l’on a aménagé dans la foulée (kit solaire compris pour un max d’autonomie). C’est notre maison roulante depuis un peu plus d’un an et demi maintenant.

famille nomade minimaliste en camion, portrait de famille

Depuis quand menez-vous cette vie ? Qu’est-ce qui vous a amené à cette vie-là ?

Il me semble que nous avons toujours mené une vie (des vies) atypiques.

Personnellement, j’ai quitté la France à l’âge de 4 ans, pour suivre ma mère et mon beau-père (professeur universitaire coopérant) au Tchad pendant quelques années. 

enfant voyageur

Puis, nous nous sommes installés quelques mois en Mauritanie avant de regagner l’hexagone. Je suis repassée par Marseille, ma ville natale, puis ma mère a eu une opportunité professionnelle sur Lille où j’ai fais une grande partie de mes études.

A 18 ans, je me suis retrouvée en Saône et Loire, je suis devenue mère 2 fois, mon couple a explosé. 

J’ai à nouveau pris la route, en quête d’un idéal ; les enfants et moi avons déménagés de nombreuses fois.

Lorsque j’ai rencontré Frantz, nous avions déjà, une vie bien chargée derrière nous et le goût de la bohème au fond des tripes. Lui aussi a, très tôt, découvert d’autres pays que le sien, ainsi que d’autres cultures. Il a fait le tour de la France en stop et a même eu son 1er camion avant de me connaître.

Quand notre fille Léna est née en 2012, mes grands avaient 15 et 18 ans. Cela faisait déjà quelques années que nous étions installés en Ardèche, en appartement et cela devenait trop difficile pour moi d’être « enfermée » entre 4 murs bien que l’appart faisait 100m².

C’est là que nous avons décidé d’investir notre 1er fourgon familial un C25. Frantz l’a totalement retapé et j’en étais très fière.

C’est également l’année où nous avons expérimenté l’Instruction En Famille pour la 1ère fois avec mon deuxième enfant, mon aînée ayant pris son autonomie.

Nous avons depuis, alterné divers types d’habitat : fourgons, tente militaire, caravanes, camping-car, cabanes, maison perdue dans la montagne…

Jusqu’en 2018 où nous nous sommes fixé 2 objectifs : moi, vivre officiellement sur la route et Frantz, s’installer à la Réunion.

plage famille nomade en camion
la reunion

Racontez-nous votre hébergement !

La particularité de notre habitat : nomade et minimaliste. Comme nous vivons dans notre véhicule à l’année et qu’il nous appartient, nous pouvons dire que nous sommes propriétaires. ;-) Nous nous posons où nous en avons envie en fonction des opportunités de tout ordre qui peuvent se présenter à nous et on a du coup des voisins qui changent régulièrement ce qui est très enrichissant.

Les avantages de ce type d’hébergement sont de ne pas avoir de loyer ni de charges, nous allons où le vent nous porte et nous pouvons nous éveiller devant un nouveau paysage chaque jour ou prendre le temps de voir les fleurs pousser si on le souhaite. J’aime particulièrement la liberté de ne pas être obligé de rentrer quelque part, nous sommes partout un peu chez nous. Nous avons souvent l’opportunité de profiter d’espaces privés avec certaines commodités en échange de coups de mains ou de gardiennage.

Les inconvénients : les frais mécaniques qui ne sont pas à négliger : il vaut mieux être débrouillard et bricoleur pour éviter trop de dépenses. Et la taille des espaces, même si c’est un choix conscient. En 1 an, notre fille a bien grandit et son lit « étagère » ne grandit pas avec elle. Et puis nous avons envie d’un peu plus d’intimité.

vivre dans un camion en famille

Du coup, bonne nouvelle, nous avons décidé d’acheter un camion plus adapté à notre configuration familiale et professionnelle, un camion caisse de 20m3 minimum.   

Quels métiers exercez-vous ?

Je suis donc nomade digitale, en freelance. J’interviens, en tant que consultante / formatrice avec une méthodologie et un ensemble d’outils que je développe depuis 15 ans dans une démarche « vers l’autonomie et la responsabilité ».

Je propose notamment de l’étude de profil, de la conception de projet, de l’accompagnement et du suivi de « chantiers de vie » grâce à mon expertise en tant qu’économiste de la construction et mon intérêt pour la philosophie active.

Le L.E.M. (Laboratoire d’Expérimentation Mobile) que nous allons acquérir permettra non seulement de vivre avec un peu plus de confort mais également d’intégrer un bureau/cyberlab qui me permettra d’accueillir mes entretiens et de proposer des projections – débats, des interventions type conférences, ateliers, animation de groupes de travail.

Frantz est également très polyvalent, il a de nombreuses cordes à son arc. Depuis 15 ans que nous vivons ensemble, il a toujours su rebondir et trouver du boulot que ce soit dans la cuisine, le bâtiment, la soudure, il est même organisateur d’évènement et dj électro à son compte. Depuis quelques mois et vue la conjoncture, il a signé un CDI avec une entreprise de charpente. 

Comment vos enfants vivent-ils cette vie ? Est-ce que ce mode de vie leur convient ?

Mes 2 aînés vivent actuellement en France, ils ont aussi fait un choix de vie hors norme. Ophélie, ma plus grande, a vécu quelques années en camping-car puis en camion aménagé avec son chéri et les enfants. Aujourd’hui qu’elle est en maison et propriétaire d’un appartement, elle ne rêve que de reprendre un camion pour partir à nouveau à la découverte du monde.

enfants et petits-enfants de famille nomade en camion

Mon deuxième, Logan, est heureux de pouvoir vivre comme il l’entend. Il est en train de construire sa roulotte et de préparer ses chevaux pour partir sur les chemins au rythme des saisons, entre la création de ses dessins et ses animaux de compagnie.

enfant nomade roulotte

Léna, 9 ans et demi, qui vit avec nous, rêve actuellement d’avoir une vraie chambre car son espace est vraiment très réduit et elle aimerait pouvoir accueillir ses amis dans notre petit chez-nous. Par contre, elle adore la liberté de pouvoir bouger quand on le souhaite, de pouvoir vivre au bord de la plage ou à proximité d’un skate parc, autant qu’il nous chante. Elle dit que, quand elle sera grande, elle vivra dans un bus et ira visiter les pays qui l’inspire et sauver les animaux.

vie nomade, enfants artistes

Racontez-nous l’école et vos enfants !

Nous faisons l’Instruction En Famille pour la 4e année avec notre petite dernière, nous travaillons de façon formelle essentiellement le matin et le reste de la journée est destinée à la découverte libre.

Léna aime cette liberté et sa curiosité naturelle l’entraîne dans des aventures enrichissantes. Elle a déjà un regard sur la vie bien conscient et affirme son choix de poursuivre les apprentissages autonomes, appuyée par ses camarades scolarisés qui souvent donnent une image de leur condition d’élèves et de leurs obligations quotidiennes peu engageantes. En outre, ma fille ainée, qui est maman de 2 petits bouts, pratique elle aussi l’I.E.F. 

ief en bord de mer pour famille nomade en camion

Quelles démarches administratives particulières à votre mode de vie ne faut-il pas oublier ?

Nous informons les administrations de nos changements d’adresses en fonction des lieux où nous restons le plus longtemps. Nous déclarons chaque année notre fille en IEF et effectuons les contrôles annuels (pour l’Inspection Académique) et tous les 2 ans pour la mairie.

Nous cumulons les assurances véhicule/habitation pour notre fourgon et son contenu.

Voilà, rien de bien extraordinaire. Notre mode de vie étant basée sur la liberté individuelle, je ne vois pas vraiment de démarches administratives particulières…

Comment gérez-vous les activités sportives et culturelles de vos enfants ?

Nous avons déjà pas mal changé de zones géographiques depuis que notre petite dernière est née et elle a déjà eu l’occasion de côtoyer plusieurs cultures et de nombreuses manières différentes de vivre, de parler, de se nourrir et chaque nouvelle rencontre est une ouverture très intéressante pour son initiation à la découverte du monde dans lequel nous vivons.

Nous sommes le plus souvent en activité à l’extérieur et nous choisissons les lieux en fonction de ce qui intéresse notre fille. Nous sommes actuellement installés entre un skate park (Léna est fan de roller)  et un parcours santé, à 200m de la plage. Léna adore grimper aux arbres, elle joue au foot avec ses copains et nous faisons diverses expériences physiques (plongée, parapente, randos, accro yoga, tissus de cirque, …). Chaque jour est une nouvelle opportunité d’apprendre et de développer ses compétences.

famille nomade minimaliste en camion balade en bord de mer

Nous avons pas mal d’amis artistes, musiciens, peintres, et nous allons de temps en temps écouter des concerts et voir des expos. Je suis moi-même de nature très curieuse et j’aime transmettre le goût de la connaissance à mes enfants. Je crois bien que Léna a contracté ce virus!

vie nomade en camion, atelier poterie pour enfant

Comment socialisez-vous vos enfants ? Ont-ils beaucoup d’amis ? Les gardent-ils sur le long terme ?…

Nous rencontrons beaucoup de monde car je travaille sur la base d’un réseau, d’autonomie partagée et nous sommes souvent sur des évènements qui rassemblent un grand nombre de personnes. Léna est une enfant extrêmement sociable et elle n’a aucune difficulté à se faire des amis de tout âge. Comme nous bougeons souvent, certains ne sont que des connaissances de passage mais d’autres restent ancrées sur la durée… Plus elle grandit, plus le temps l’importe, et je pense que cette année sera celle de ses premières correspondances.

Combien de temps passez-vous en vacances ? Avec ou sans enfants ? Partez-vous à l’étranger dans le cadre de vos vacances ? Avec ou sans enfants ?

Nous alternons vacances et vie active sans suivre le calendrier scolaire donc nous ne faisons pas trop de différence entre les 2. Nous sommes en permanence avec notre fille où que nous allions, les séparations sont très exceptionnelles. Il y a eu une fois, il y a quelques années où elle est restée 15 jours chez sa grande sœur (nous avons profité d’un petit séjour en amoureux avec son papa en Andalousie). Sinon ça lui arrive d’aller de temps en temps dormir chez des copines, quand papa va faire une soirée comme dj et que maman a envie de l’accompagner.

Pensez-vous que vous profiteriez plus de vos enfants en menant une vie plus classique ?

Clairement non, nous profitons de chaque instant ensemble et nous ne pouvons pas être plus proches que nous le sommes actuellement.

couple nomade en camion

Est-il plus difficile de faire garder ses enfants quand on mène ce genre de vie?

Je n’ai jamais beaucoup fait garder mes enfants, à part pour une soirée ou deux par an ou encore pour des rendez-vous professionnels. Nous trouvons à s’arranger avec le papa ou en demandant dans notre réseau. 

Pensez-vous que vous vous en sortiriez mieux financièrement en menant une vie plus classique ?

Un modèle de vie plus classique est jonché de tentations et de frustrations dont les frais sont souvent extrêmement élevés. Pour notre part, nous sommes minimalistes et nous aimons les choses simples qui ne coûtent rien. Nous n’avons que très peu de charges fixes et nous faisons un maximum de choses par nous-même. Nous y avons accès grâce au réseau que nous développons, notamment avec la monnaie libre et la pratique de la récup.

Pensez-vous que vous avez un meilleur, un moins bon ou le même état de santé en menant cette vie ?

Nous sommes beaucoup plus à l’écoute de notre santé depuis que nous vivons ainsi car nous prenons plus de temps pour s’intéresser aux alternatives naturelles présentes partout où nous allons. Nous avons déjà pas mal de connaissances dans ce domaine, le pôle santé étant le premier que j’ai lancé cette année à la Réunion car la situation accélère l’urgence de fonctionner différemment et de ne plus être dépendant du business de la santé.

Avez-vous un régime alimentaire particulier ? Est-ce plus facile ou plus difficile d’élaborer des repas dans votre situation ?

Je dirais que nous sommes flexitariens, nous nous adaptons à la culture et aux ressources que nous découvrons sur notre trajet. Notre fourgon actuel est équipé d’une plaque 2 feux et nous avons également un barbecue pour cuisiner à l’extérieur.  Je suis assez impatiente que nous ayons notre prochain camion dans lequel nous aurons un espace plus complet.

Combien de temps passez-vous aux tâches ménagères et à l’intendance? Pensez-vous que vous y passeriez plus ou moins de temps en menant une vie plus classique ?

15 minutes par jours. C’est une des raison pour laquelle j’ai quitté le système conventionnel.

Qu’est-ce qui vous plaît dans cette façon de vivre ?

La liberté, la découverte, le changement, les rencontres.

Qu’est-ce qui vous déplaît dans cette façon de vivre ? Est-ce qu’il y a des choses qui vous manquent ?

Rien ne me déplaît dans cette façon de vivre. Nous avons juste choisis un fourgon qui, après 1 an et demi, nous rappelle que nous manquons cruellement de confort. C’est pour cela que nous cherchons le camion qui saura combler cet état de fait. Par contre, ce qui me manque par dessus tout ce sont mes enfants et petits enfants qui vivent en métropole.

Dans 10 ans, pensez-vous que vous mènerez toujours ce mode de vie ? Qu’en disent vos enfants ? Est-ce qu’eux-mêmes voudront mener cette vie quand ils seront adultes ?

Dans 10 ans, je pense que nous aurons accès à plusieurs tiers-lieux, partout ou nous avons aimé vivre. Nous nous poserons plus ou moins longtemps selon nos envies et le besoin, des espaces coconstruits, des tribus interconnectées… Mes enfants adhèrent totalement, ils mènent déjà consciemment des vies hors cadre et sont épanouis dans leurs choix. 

Comment envisagez-vous votre retraite ?

Dans un des tiers-lieux que j’aurai contribué à créer, à l’image du paradis sur terre, avec une tribus d’amour ou chacun prend soin de l’autre et je raconterai des histoires aux enfants et je transmettrai tout ce que j’ai appris et compris de ce monde pour aider les générations à agir en êtres souverains et accomplir leur chemin de vie en leur âme et conscience. Voilà  ce que j’envisage pour ma retraite. <3

Et si c’était à refaire ? Feriez-vous la même chose ? Qu’est-ce que vous changeriez ?

Je ne regrette rien car ce sont les choix que j’ai fais jusqu’à présent, ainsi que les obstacles que j’ai franchis, qui m’ont permis d’arriver à aujourd’hui et maintenant. Je sais que rien n’est dû au hasard. J’ai souvent pensé à ce potentiel de changer des éléments de mon passé mais je connais aussi les répercussions produites par l’effet papillon et j’ai conscience qu’un autre chemin n’aurait pas forcément été moins douloureux.

Quels conseils donneriez-vous à une famille qui souhaiterait mener ce genre de fonctionnement ?

Je leur conseillerais de croire en leurs rêves et de ne pas hésiter à me contacter pour étudier ensemble leur projet, car oui c’est exactement mon domaine d’action. Chaque situation étant bien particulière, elle doit être analysée en profondeur afin d’avoir suffisamment de données et de recul pour structurer des objectifs à court, moyen et long terme mais également d’être en capacité de rebondir en cas d’imprévus. 


Merci à Babeth pour son témoignage fort d’une longue et riche expérience. N’hésitez pas à consulter leurs sites web : https://couleursreves.wixsite.com/babethmangas
et https://www.facebook.com/picture.univers.son

Vous aussi vous voulez témoigner? Rien de plus simple, téléchargez ce document :

Alors? Envie de mener cette vie? Vous vivez une expérience similaire? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires!

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*