De Bangkok à Kanchanaburi

Pour aller à Kanchanaburi, quand on arrive du train de nuit de Chiang Mai, il faut partir d’une autre gare de Bangkok : Thonburi.

Il y a deux trains par jour : celui de 7h50 et celui de 13h55. Notre train pour Bangkok avait une arrivée prévue pour 6h50 et nous avions entendu dire qu’il fallait entre 40 minutes et 1h de taxi. Juste, donc, mais réalisable.

C’était sans compter sur la ponctualité des trains thaïlandais. Nous sommes arrivés à 7h20, donc à moins de tomber sur Sammy Nacéri dans son taxi tuné, peu de chance d’arriver à l’heure pour notre correspondance.

Nous prenons donc la solution économique, sans taxi, puisque nous avons désormais tout notre temps.

Avant de quitter la gare, Chaton se prend un semblant de petit-déjeuner (du café) et Chatounette et moi partons aux toilettes.

C’était LA minute où il ne fallait pas y aller. A 8h précises, la police de la gare se met au garde-à-vous, bien alignés, l’appel est fait puis l’hymne national passe dans les hauts-parleurs. Tous les badauds présents se lèvent en direction de la photo du roi fièrement exposée au-dessus du hall d’entrée, sans bouger.

On se met finalement en route. Le trajet commence par une bonne demi-heure à pied. Certes, en y allant tout doucement et en faisant une pause à mi-chemin.

Il fait très chaud, les odeurs sont fortes et pas toujours très agréables, néanmoins, le chemin est sympathique.

Nous longeons un khlong (canal, pour ceux qui ne savent toujours pas). La ruelle est très étroite et les habitations le sont encore plus. A un moment donné, on se croirait dans une bananeraie ! Ce ne sont plus des régimes de bananes mais carrément des morceaux de branches qui sont accrochés de partout : à droite, à gauche et au-dessus de nos têtes. On est cernés par les bananes.

Nous arrivons finalement à l’arrêt de bateau du Chao Praya. Nous embarquons et descendrons un peu plus loin, à Thonburi.

L’arrêt est plutôt agréable : un temple avec des espaces verts ombragés. On s’y repose ou plutôt essayons de passer le temps.

On se remet en route pour cette fois 10 bonnes minutes de marche où nous longeons un grand marché exclusivement réservé à la nourriture.

Arrivés à la gare, on achète nos billets (ouf ! il reste de la place !) et mettons nos sacs en consigne pour 20 Bahts. Il est 9h15.

9h15 ! Seulement ! Il nous reste encore 4h45 à tuer !

Nous traversons la voie de chemin de fer et nous enfonçons dans un petit quartier populaire aux rues très étroites. Nous nous y arrêtons manger puis continuons la balade.

On se retrouve en bordure d’un khlong que nous n’avions encore jamais vu. Alors que nous marchions, j’aperçois du coin de l’œil une tâche se déplacer à vive allure. Je tourne la tête et là je vois un serpent se jeter sur un gecko ! Il l’a raté. Le gecko est caché derrière un poteau et le serpent est sur le muret, juste au-dessus d’un banc. Nous aurions été assis sur ce banc que nous aurions tous finis dans le khlong suite au sursaut que cela n’aurait pas manqué de produire sur nous. Nous observons le serpent. Celui-là n’est vraiment pas grand, 80 cm environ, et est dans les tons verts allant du vert pomme au kaki. Nous étions absorbés par le serpent, et plus du tout par le gecko. Le serpent, lui, ne l’avait pas oublié. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le voilà qui descend le muret et se déploie à moins de 30cm de nos chevilles. Heureusement qu’il a préféré le gecko, car nous n’aurions pas eu le temps de réagir vue sa vitesse de déploiement. Impressionnant ! Le serpent l’a englouti en moins de 5 secondes puis est parti faire sa digestion dans un interstice du mur. Décidément, on attire les serpents….

serpent vert dans un interstice de mur à bangkok

Nous retournons à la gare. Il est à peine 11h30… Encore 2h30… Chatounette investit le lieu : elle sort son cahier de vacances, sa trousse et vas-y que je te découpe un oiseau, « mais je vais lui faire une maison avec des crayons pour pas qu’il s’en aille. L’escargot, lui, par contre, je peux laisser un peu ouvert parce qu’il ne va pas très vite. Oh ! 2 élastiques dont un cassé ! Regarde maman ça fait un bonhomme ! Papa ! Regarde ! J’ai fait un cœur ! Parce que le bonhomme il est amoureux de l’escargot, mais l’escargot aussi, au début, et ba il était copain avec l’oiseau mais après il y a eu le mouton. Mou-ton. Dans mouton y’a « ou », hein maman ?! Blablablabla ». On a le contrecoup de la fatigue de l’avant-veille, elle nous bercerait presque. J’ai bien dit presque !

Le train entre finalement en gare à 13h. Cool, on va pouvoir s’allonger sur les banquettes. Je somnole directe pendant que Chatounette continue de raconter ses histoires à Chaton. Quand le train démarre enfin, c’est Chaton qui pique du nez pendant que Chatounette se tourne vers moi pour son « presque » monologue, mais presque seulement.

Le trajet ne devait durer que 2h30, il a duré plus de 3h.

Sortis de la gare, on se fait harceler par un tuk-tuk. Il nous demande notre chemin, et comme une débutante je lui donne le nom de la guest-house que j’avais repéré sur mon guide. Comme par hasard il a la carte de cet hôtel (mais bien sûr de tous les autres également). Il veut nous prendre 50 Bahts pour nous faire faire 500m. Puis ça passe à 10 Bahts à 400m, puis ça devient même gratuit à 200m. Non, non, il ne nous a vraiment pas lâchés ! Nous refusons toujours. On ne veut pas payer le prix fort à cet hôtel juste pour que monsieur le chauffeur touche sa commission.

Du coup, on se pose au bar devant lequel nous étions. Chaton et Chatounette se prennent un smoothie pendant que, libérée de mes sacs, je pars faire la tournée des guest-houses pour trouver la perle rare.

Malheureusement, elle n’existe pas. J’en avais pourtant trouvé une, mais elle ne possède pas de consigne à bagages. Or, nous comptons, comme pour le Nord de la Thaïlande, nous faire une boucle en scooter d’au moins 6 jours et nous avons vraiment besoin de laisser nos sacs à l’hôtel pendant cette durée. Grrrr ! Piscine et grand luxe pour 250 Bahts (6€ et des bananes pour nous 3), le moins cher des hôtels et pourtant le seul avec piscine, que demander de plus ? Ba si ! Une consigne !

A force de toquer à toutes les portes, la nuit commence à tomber et je finis par penser que la piscine n’est pas si indispensable que ça. Nous choisissons donc une guest-house légèrement à l’écart de la ville, avec notre petite terrasse au-dessus de la rivière, dans un cadre bien agréable. VN Guest-house.

Après une douche froide, je précise par choix, très agréable, nous prenons le dîner et retournons à notre chambre.

Nous avons choisi l’écart du centre car il semblait bien animé par de nombreux bars, mais finalement, on se demande si les grenouilles ne font pas plus de bruit… Un concert plein air qui va durer toute la nuit ???

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*